"Il faut qu'on parle de Kevin" de Lionel Shriver

Publié le 5 Novembre 2006

We Need to Talk About Kevin

Kevin, à 16 ans, est incarcéré dans une prison pour mineurs de l'Etat de New York après avoir assassiné sept élèves, un employé de la cafétaria et une enseignante de son lycée.

Eva, sa mère, écrit à Franklin, le mari dont elle est séparée, le récit de sa vie.

Dans ce roman par lettres, Eva retrace chronologiquement toute son histoire, ses valeurs, ses croyances.

Elle raconte comment de propriétaire-créateur-éditrice de guides de voyages 'à la dure', elle s'est retrouvée épouse et mère d'un enfant dificile.

La narration de sa grossesse a quelques similitudes avec celle racontée par Eliette Abécassis dans 'un heureux événement'.

Elle relate l'enfance puis l'adolescence de Kevin sous l'angle des relations antagonistes entre mère et fils. Le 'lien' habituel entre mère et son enfant ne semble pas exister entre eux, ni in utero, ni ensuite et dès sa naissance elle ressent son enfant comme opposé à elle. Kevin enfant lui fait souvent penser à un vieillard, apathique, sans envie, revenu de tout ... Kevin ado lui fait peur car elle sent en lui une fibre maléfique ...

Puis vers la fin, xxxxxxxxxxxxxxxx Non je ne vous dis pas ... vous le lirez vous-même ;-)

Et la fin ... les 10 dernières pages ... je suis encore sous le choc !

Ce roman est plus une dissection de relations que l'histoire d'une relation mère/enfant traditionnelle, à l'histoire - vue par la mère (mais est ce objectif) de la genèse d'un meurtrier.

Ce roman  ne ressemble à aucun livre que j'aie pu lire jusque là ...

Il est, par ailleurs, extrèmement bien écrit, du moins en VO ; j'espère que la traduction française est à la hauteur.

Je vous le conseille donc . Mais, s'il vous plait ... quand vous l'aurez lu à votre tour, pourra-t-on en parler ...


? Censure ?
Lorsque j'ai parlé de ce livre à la bibliothèque de L*, en insistant sur l'aspect littéraire de l'écriture de Lionel Schriver, la bibliothécaire m'a dit que pour l'instant, malgré les demandes d'achat de plusieurs lecteurs, ils n'envisageaient pas d'acheter ce livre ... dont le thème pourrait heurter !
Je ne m'étais pas vraiment encore posé la question de la censure exercée par les bibliothèques ...
Et vous, qu'en pensez-vous ?
Doit-on trouver toutes sortes de livres dans les bibliothèques ?
- Ne doit-on y trouver que des classiques ? [au risque de ne les voir empruntés que par des scolaires ou leurs parents ?]
- ou tout sauf des classiques ?
- Des romans à la mode ? [mais est ce de la Littérature ?
]
- Des livres intemporels [et pas le dernier livre sur un scandale du moment
?] Mais qu'est ce qu'un livre intemporel ?
- Des romans à l'eau de rose [je n'ai vu des romans de Barbara Cartland et de Delly que dans une seule bibliothèque dans la douzaine que j'ai fréquentées ... et c'était un don d'une dame entrant dans la maison de retraite située face à la bibliothèque :-) ] ?
- Des romans de gare, ou parus en feuilleton [mais quid de Balzac, Dumas et autres Zola] ?
- Des guides de voyage ... au risque de les récupérer abimés après l'été ou après un voyage éprouvant (pour les livres bien sûr !) ?

 ....

Rédigé par bill

Publié dans #Livres

Repost 0
Commenter cet article

hersant Marie-Noëlle 14/11/2008 11:27

Je viens de lire ce livre qui, mieux que tout reportage sur des meurtres commis pas des jeunes, décrypte les signes menant à l'acte... et pose la question et si notre enfant en arrivait là ?je dirai que ce livre doit être lu par tout parent et aussi par les enfants...

Emma 07/11/2006 15:21

Je ne pense pas qu'il doit y avoir de censure, maintenant c'est sûr que les bibliothécaires sont obligés de faire un choix pour satisfaire leurs lecteurs et respecter leur budget. Et il y a tellement de livres qui peuvent porter à controverse, je pense notamment à ceux de Houellebecq qui me laissent trés mal à l'aise tellement je les ressens comme malsains, cependant est ce une raison pour les censurer.
Concernant l'histoire de ce livre, j'en avais lu sur le même sujet qui s'appelle Colombine ou quelque chose comme ça, et il m'avait aussi remué.

Shopgirl 06/11/2006 11:07

Je vois rouge !!! Au nom de quoi une bibliothèque devrait opérer une censure ? Il me semble que mentionner que ce livre peut heurter certaine sensibilité suffit et ça veut dire quoi littérature intello ? j'ai connu des jeunes femmes qui ont commencé à lire avec une série qui s'appellait "Arlequin" et qui maintenant hantent les rayons de la bibliothèque très régulièrement, alors il me semble que le plus important, c'est lire et se faire plaisir !

DViolante 05/11/2006 20:42

Et bien moi qui suis bibliothècaire justement, responsable d'une annexe de quartier, j'ai bien l'intention d'acheter ce livre pour mes lecteurs !Je ne peux pas parler de censure dans les bibliothèques que je connait , mais il faut savoir que les budgets sont quelqefois réduits (depuis quelques années notre remise sur les livres neufs est passée de 30 % à 20 % en moyenne à ...... 9 % !! et sans augmentation de budget la plupart du temps !!) donc nous devons souvent faire des choix........ cornéliens et souvent dans les bibliothèques de quartiers on choisit ce qui est plus "grand public", les best sellers, les romans policiers, les livres qui vont sortir avec certitude, plus quelques achats coup de coeur.A la médiathèque on privilégie plutôt les littératures plus intello !!! Mais tout cela dépend beaucoup des villes et des bibliothécaires eux-mêmes....

Emmanuelle de Nantes 05/11/2006 19:18

Euh je rajoute que je n'ai rien contre personne et que cela m'agace peut-être moins maintenant parce que j'aime surtout les policiers mais c'est du pareil au même quand il y a spécialisation.