Publié le 31 Mai 2006

Tous les matins cette phrase résonne dans les couloirs de ma firme, avec sa réplique imposée "Oui, et toi ?" ou "Oui, et toi, ça va ?" pour bien insister ...

Mais avez vous déjà essayé de répondre "Non" ? Et vos interlocuteurs l'ont ils entendu, ce non tellement incongru ?

Dans 99 % des cas ils poursuivent leur chemin ; parfois, après quelques pas, certains ( plus souvent certaines, d'ailleurs) rebroussent chemin et s'inquiètent : "ça ne va pas ?" ...

En ce moment, je suis plutôt dans une phase où j'élude la réponse, répondant plutôt "et toi, ça va ?"  .... quelques filles s'en sont inquiété ....

Voir les commentaires

Rédigé par bill

Publié dans #C'est la vie !

Repost 0

Publié le 30 Mai 2006

Les amants du spoutnikJ'étais encore jeune à l'époque, et je pensais que la vie était une succession d'évènements imprévus et agréables (...). Il me fallut longtemps pour m'apercevoir qu'il n'en était rien.

Les amants du Spoutnik, Haruki Murakami

J'ai adoré !! C'est le premier livre que je lisais d'Haruki Murakami (et certainement pas le dernier ! d'ailleurs Bill en a un autre :-) et le style est si fluide que j'ai été étonnée de le lire si vite !

L'histoire : Le narrateur, "K.", est amoureux de Soumire qui elle-aussi est amoureuse, mais d'une femme plus agée, Miu (la trentaine), qui ne lui rend pas ses sentiments. Je ne veux pas en dire trop pour ne pas gacher la surprise si vous ne l'avez pas lu ... (eh puis ça s'appelle du teasing !!).

L'histoire se déroule à la fois au Japon et en Grèce (sur une petite île où il n'y a même pas internet - oui oui !! ça existe encore !! - et qui a tout l'air du paradis :-)

 

Voir les commentaires

Rédigé par marie

Publié dans #Livres

Repost 0

Publié le 30 Mai 2006

Comment calmer M.Bracke Après Les vivants et les morts d'il y a quelques semaines, je viens de terminer 'Comment calmer M. Bracke' un lire très court de Gérard Mordillat.

Ce livre bien est très étrange, loufoque, délirant même !

M. Bracke au début du livre est la victime désignée d'un plan social, puis il rencontre peu à peu tous  les désagréments possibles et imaginables (ou pas) au cours des multiples rebondissements, tous plus inventifs les uns que les autres, de ce roman.... jusqu'à la fin assez inattendue quand même ! 

Membre de l'équipe des Papous dans la tête de France Culture, Gérard Mordillat nous régale dans ce livre, avec des formules qui ne dépareraient pas dans l'émission dominicale.

Un exemple parmi beaucoup d'autres :

Page 81 : C'était la porte ouverte à l'anarchie. C'était l'Apocalypse, la fin des temps et celle des Haricots qui, comme chacun sait, est une manière de découper le mouton. 


 

Voir les commentaires

Rédigé par bill

Publié dans #Livres

Repost 0

Publié le 29 Mai 2006

Entre courir et voler, il n'y a qu'un pas, papa"Je lui apprendrai à ne prendre le bonheur qu'avec une seule main pour garder l'autre libre au cas où ça ne durerait pas."

"Je ne comptais plus les crampes ni les ampoules. Et je pensais à Achille. Un Grec que j'avais connu dans l'Antiquité qui comme moi avait abandonné sa voiture et qui s'ennuyait dans la course à pied. (...) c'est Xénophon qui m'avait raconté tout ça. Ce n'est pas un gaz  Xénophon, c'est son entraîneur, un philosophe. Ils le sont tous en Grèce. C'est comme ça qu'ils survivent."

Entre courir et voler il n'y a qu'un pas Papa, Jacques Gamblin

Jacques Gamblin est acteur et a joué notamment dans "Pédale douce". C'est à la mode d'ailleurs ces acteurs qui écrivent. Même Josiane Balasko écrit des livres. Il y avait Cliente (qui, parait-il est bien) et maintenant il y a aussi Parano express.

Bref, j'ai voulu lire Entre courir ... car j'aimais bien Gamblin, mais je dois reconnaître que ... je n'ai rien compris à ce livre (heureusement court). Il y a quelques passages pas mal, mais sinon ... Je ne suis pas convaincue :-s

 

Voir les commentaires

Rédigé par marie

Publié dans #Livres

Repost 0

Publié le 29 Mai 2006

Avant d'aller à Rome en 2005, je n'avais jamais vraiment entendu parler du Bernin, Gian Lorenzo Bernini de son vrai nom (sauf dans 'Anges et Démons de Dan Brown, bien sûr !)  .

Cette année, on a décidé - par jeu - de voir au moins une de ses œuvres par jour pendant notre séjour à Rome .... en nous aidant d'un petit guide trouvé à l'office de tourisme de l'aéroport.

  

En effet, l'office de tourisme romain édite un petit guide qui permet de suivre les traces de certains artistes au travers de la ville, comme Le Bernin, Borromée, Raphael et Caravage.

 

Voilà donc une sélection des œuvres du Bernin de notre semaine romaine :

  

le samedi : la colonnade de la Place Saint Pierre  

 

  

  

le dimanche : le tombeau d'Urbain VIII dans la basilique St Pierre :

  

  

  

 

 l'ange de Sant'Andrea delle Fratte

 

 

 

le mardi : la tête de Méduse du Musée du Capitole

 

 

le mercredi : la bienheureuse Ludovica Albertini de l'église San Francesco a Ripa :

 

 

 

le jeudi : les fontaines de la Piazza Navona, et ici, la fontaine de Neptune  :

 

 

 

le vendredi : la fontaine des abeilles de la piazza Barberini :

 

 

 

A suivre ...

Voir les commentaires

Rédigé par bill

Publié dans #E' bella Italia !

Repost 0

Publié le 28 Mai 2006

Romanzo criminaleJ'ai terminé dimanche "Romanzo Criminale" de Giancarlo de Cataldo. Bernard l'avait emprunté pour moi à la bibliothèque de son entreprise qui participait au Prix du polar SNCF.

En voilà le résumé de 4° de couverture :
Un vieil homme se fait tabasser et voler son portefeuille par un groupe de petits voyous mais il récupère vite son bien, arme à la main... Quand il chuchote à l'oreille du voleur son nom, le gamin se met à trembler. Il pourrait le laisser partir ce serait plus sage, mais il pense: "Et depuis quand avons-nous été sages?" Après avoir tué le petit voleur il hurle: "J'étais avec le Libanais!"
Le Libanais, le Froid, le Dandy le Buffle, Patrizia... une bande de petits voyous a fait main basse sur Rome, entre la fin des années 70 et celle des années 90. Voici l'histoire authentique de la "bande de la Magliana", qui a mis la capitale en coupe réglée.
Toute l'histoire souterraine de l'Italie de ces années récentes (loge P2, terrorisme noir assassinat dAldo Moro, politiciens et policiers corrompus, services secrets...) défile ainsi sous nos yeux, sans que jamais Giancarlo De Cataldo renonce aux moyens de ta littérature: avec une écriture jubilatoire il alterne les scènes de roman noir et les tableaux de mœurs, la bouffonnerie et le drame. Il crée des personnages forts et originaux, notamment de magnifiques figures de femme.
Ce roman épique d'une incroyable puissance a été unanimement salué par la presse italienne avant d'être adapté au cinéma par Michele Placido.

Ce roman comporte de multiples personnages. J'avais peur de m'y perdre mais leurs caractères sont si différents qu'on les distingue facilement.
L'action se déroule principalement à Rome, avant l'assainissement de l'Italie (Mani Pulite). Les malfrats, bandes organisées y cotoient les membres des Brigades Rouges, les policiers véreux, les juges achetés, mais un policier intègre surnage et survit tant bien que mal.

J'ai bien aimé ce livre mais j'aspire maintenant à des histoires un peu plus légères et moins sanglantes !

Voir les commentaires

Rédigé par bill

Publié dans #Livres

Repost 0

Publié le 28 Mai 2006

Le cercle ferméJe n'ai même pas trouvé moyen de visiter la ville. C'est marrant, quand on est libre de faire tout ce qu'on veut, on finit par ne pas faire grand chose. Quand le choix est infini, il n'y a pas de choix possible.

Le cercle fermé, Jonathan Coe

 

        J'avais envie de le lire depuis que j'ai fini Bienvenue au club (qui se déroule 20 ans avant), mais j'ai été finalement un peu déçue. Les personnages ne semblent pas avoir évolué depuis leurs années lycée, comme si un poids les ramenaient toujours à cette période et qu'ils n'arrivaient pas à s'en défaire. C'est ainsi que le Benjamin bohème des années lycée est devenu un Benjamin - un peu - pathétique à l'approche de la quarantaine ...

Je suis un peu dure, mais je m'attendais à mieux. Les évènements politiques ont toujours leur place dans ce roman : les années Blair, le 11 Septembre, la guerre en Irak, ... A faible dose, ça va, mais là le côté politique était bien davantage présent, d'autant plus que le petit frère de Benjamin, Paul, tente de trouver sa place aux cotés de Blair.

J'ai bien, quand même, bien aimé le chapitre 9 de la première partie "Hiver" (où il ose superposer deux situations qui ne s'y prêtaient pas forcément ...) et toute la deuxième partie "Hiver".

 

Voir les commentaires

Rédigé par marie

Publié dans #Livres

Repost 0

Publié le 28 Mai 2006

Ouf ça y est ! J'ai eu hier un mail de Myse me remerciant pour le mètre ruban qu'elle venait de recevoir ....
Je peux donc vous montrer le recto  :

Cliquez pour afficher l'image suivante

et le verso :

Cliquez pour afficher l'image suivante

Le mètre ruban vient de l'achat groupé de Caroc de l'automne dernier !
Le modèle que j'ai utilisé est d'Alphabets, et l'abécédaire est du livre de Marjorie Massey pour l'initiale et de moi pour le reste. J'ai brodé l'ensemble avec des soies de Marie (n°440), et ajouté un ruban acheté chez Bouchara.

Je l'ai envoyé vendredi matin de la poste de Labège, en envoi normal (pas en Colissimo) et je suis impressionnée par la rapidité de La Poste pour l'acheminer en 24 heures dans les Yvelines !

Voir les commentaires

Rédigé par bill

Publié dans #broderie

Repost 0

Publié le 27 Mai 2006

Saga       J'ai terminé Saga de Tonino Benacquista et je dois dire que je n'avais jamais autant ri en lisant un livre :-)

L'idée est originale : le directeur de l'unité de production d'une grande chaine nationale, Séguret, recrute quatre scénaristes fauchés et leur demande d'écrire un sitcom de 80 épisodes, car le CSA menace la chaine d'une amende si la chaîne ne propose pas un programme de créativité française.

La chaine, désintéressée par ce sitcom, décide de le programmer à 4h du matin en lui accordant des ressources minimum, c'est ainsi que Séguret leur demande de faire "nimporte quoi". Cependant, peu à peu, la Saga devient populaire ...


Extrait ...

- Ca fait déjà quatre épisodes qu'on se trimballe cette morue !
- Nous en avons enocre 76 à écrire et tu veux déjà en buter une ? On a tout le temps, non ?
(...)
- Le suicide offre tous les avantages : c'est raffiné, c'est chargé de sens, c'est fin de siècle.
- Je trouve ça un peu cruel pour les étudiants en philo (...). On ne sait jamais, au moment de la diffusion, il y en aura peut-être une qui finira sa thèse en laissant la télé allumée pour avoir une petite présence dans sa chambre de bonne.


J'ai aussi adoré la scène entre Marie et Walter à New-York (épisode 27) !!

Commentaire de Bill :
Qui se souviendrait du titre de la série qui passait sur la 5 (la première cinquième chaîne, celle du temps de Berlusconi, il y a 20 ans déjà ! ... ) au milieu de la nuit pour respecter les quotas de production d'émissions françaises ? Je n'arrive pas à m'en souvenir !
On y trouvait des dialogues du style "et si l'allais m'ouvrir une petite boîte de thon ... "
Ce n'était pas Saga de Benacquista ... mais ça aurait pu si les scénaristes s'étaient encore plus ennuyés !

Voir les commentaires

Rédigé par marie

Publié dans #Livres

Repost 0

Publié le 27 Mai 2006

Comme vous l'a dit Marie hier soir, hier fut une journée de courses bien remplie !

J'ai commencé plus tôt qu'elle ... étant dès 9h15 chez Mr Carrefour pour le plein hebdomadaire et où ... bon, enfin, si j'avais osé, j'aurais pu parler avec une des blogueuses que je lis chaque jour mais que je n'ai pas osé aborder ...

Rentrée à 10h20 à la maison, rangement des courses à deux puis départ pour St Orens pour des premières courses de mercerie, utilisation d'un avoir dans une boutique de bijouterie pour un cadeau d'anniversaire  (j'espère que sa nouvelle paire de boucles d'oreilles ne se cassera pas - enfin ! on en est à la 3° paire en 2 mois ... on commence à être connues chez Histoire d'Or !), et direction le "P+R" de Gramont où nous avons laissé la voiture et pris le métro.

Nous avons retrouvé Nathalie et son fils (pile à l'heure, je ne pensais pas qu'on y arriverait !)   chez Marzano, pour (enfin) pouvoir y déguster leur menu du midi (13,75 € avec entrée, plat dessert, boisson, et café ! mais seulement du lundi au vendredi ! le tout excellent,  qui dit mieux ).

Brodeuses toujours à court de fils (ou plutôt du BON fil), un passage chez Alphabets puis au Petit Comptoir s'imposait pour des fils nuancés Sampler Threads, Weeks dye Works, des Soies d'Alger, un essai des nouveaux fils dégradés DMC et des fils danois.
J'ai été sage ... je n'ai pas acheté de grilles :

Cliquez pour afficher l'image suivante

Mais en chemin, chez Traits, où Marie craque toujours pour des carnets, des feuilles ou des crayons (cadeaux d'anniversaire à voir dans quelques jours), Talie m'a offert un mètre ruban tout mignon et qui en plus est gradué en cm et en inches ! Voyez plutôt :

Cliquez pour afficher l'image suivante

Talie nous a laissé et nous avons continué pour la suite de notre programme qui s'est conclu par l'achat d'un pantacourt Esprit, d'une paire de chaussures (avec talons ! ) suivis d'un passage à la FNAC (j'avais oublié que la fête des Mères approchait ! )

Et pour terminer, chez Bouchara, j'ai acheté de quoi finir de customiser le sac que j'offirai dans le cadre du Big Bag Swap et refaire le stockde rubans et croquets mis à mal ces derniers temps !  

Cliquez pour afficher l'image suivante

 

Il ne me reste plus maintenant qu'à utiliser tout ça .....

Voir les commentaires

Rédigé par marie bill

Publié dans #C'est la vie !

Repost 0