Publié le 30 Avril 2007

L'élégance du hérisson 

Tout ou presque a déjà été dit sur "L'élégance du hérisson" de Muriel Barbery. C'est donc du bout des doigts que j'ai entamé sa lecture, persuadée que j'allais être déçue !

Cela n'a pas été le cas ! J'ai passé deux jours agréables en sa compagnie.

Ce n'est pas un Grand livre, mais il est bien écrit, avec des rebondissements inattendus, mais ... avec un peu trop de bons sentiments à la clé pour mon goût ... je suis peut être trop amatrice de polars pour apprécier ce genre d'histoires ! 


'Chant pour Jenny" de Staffan Westerlund est un polar suédois qui commençait bien ... Chant pour Jenny
Il m'a fait penser à 'La constance du jardinier' de John Le Carré, c'est pour dire !
Mais après les 60 premières pages, j'ai trouvé que l'histoire s'embrouillait, que les personnages masculins ne se distinguaient plus trop les uns des autres et que l'héroïne (enfin le personnage censé être l'héroïne, selon la 4° de couverture) n'avait pas un rôle suffisamment mis en avant.
Le personnage de Jenny est lui, particulièrement attachant, et son histoire aurait pu (dû ?) être le sujet principal de ce livre ... quant à la dénonciation des pratiques des grandes sociétés pharmaceutiques, John Le Carré l'a beaucoup mieux écrit !
Dommage !

Cauchemar nippon

Le 'cauchemar nippon' de Matthew Kneale m'avait attirée par son thème : un anglais piégé à Tokyo ... et je pensais trouver un livre à l'ambiance de Lost in Translation... Et bien pas du tout ! En fait c'est un livre qu'il vaut mieux éviter !

 

Extrêmement fort et incroyablement près"Extrèmement fort et incroyablement près" de Jonathan Safran Foer m'a également déçue. Livre touffu entremélant l'histoire d'un jeune garçon traumatisé par le décès de son père qui travaillait au matin du 11 septembre 2001 dans l'une des Tours du World Trade Center et celle de ses grands parents nés en Allemagne dans la région de Dresde, puis émigrés aux Etats Unis.
Chasse aux trésors dans New York, à la recherche d'indices laissés/semés par le père, volonté farouche de protéger la mère pourtant jugée coupable de vouloir coontinuer à rire, à vivre malgré la mort de son mari ...  
J'ai lu entièrement ce livre espérant trouver à la fin une conclusion qui en rassemblerait tous les morceaux et lui conférerait une unité ... Mais j'ai le net sentiment d'être passée "à-côté" de cette histoire... Peut être ne l'ai-je pas lu au "bon moment" ... 
  

 

Complètement différent, dans la finesse des propos, la précision des phrases, Mal de pierresciselées à l'extrème, et la pudeur des sentiments, on trouve "Mal de pierres" de Milena Agus, jeune sarde, dont ce livre est le premier roman.

Histoire de famille, de secrets de famille plus exactement mais sans la touffeur exprimée par Philippe Grimberg, ce petit roman de 124 pages à la conclusion inattendue m'a totalement enchantée ! 
Je vous le recommande donc vivement !

 
Pas mal, mais sans plus, parce que trop bref, j'ai également lu "Mon Angleterre" d'Olivier Mon AngleterreBarrot, qui vient tout juste de sortir en Folio.
Souvenirs de vacances anglaises dans les années 60, spécificités britanniques (de la nice cup of tea à l'invention du week end et des sports qui vont avec), extraits d'oeuvres littéraires de français anglophiles (Voltaire, V Larbaud, ...) ou d'auteurs anglais francophiles (Dickens, J Barnes), cet ouvrage mélange des tas de genres et ne va pas assez au fond des choses à mon goût ...
Un bon moment de lecture, mais court, si court (à peine un trajet Orly-Blagnac !) ... L'avis de l'éditeur, que vous trouverez en cliquant sur la couverture du livre, différe un peu du mien ;-))  

Voir les commentaires

Rédigé par bill

Publié dans #Livres

Repost 0

Publié le 29 Avril 2007

Pendant ma semaine d'absence, c'est fou comme le jardin s'est transformé ....

Les roses éclosent partout, les roses grimpantes, si éphémères, sont nombreuses cette année, et bientôt de ma fenêtre de cuisine je pourrai profiter des toutes petites blanches et des rouges qui durent jusqu'à Noël ...
Le camélia, TRES tardif, se décide à son tour à fleurir ...

Cliquez pour afficher l'image suivante

Côté fruits, les premières cerises qui sont apparues nous promettent une belle récolte pour la fin du mois ; elles sont déjà très belles.
Les abricots semblent très rares, mais tant qu'ils ne virent pas à l'orange, ils sont bien cachés dans le feuillage.
Le pruniers est lui aussi couvert de petites prunes, et les premières grappes de fleurs de vigne sont apparues.
Quant aux figues de printemps, elles restent minuscules, pas comme les tiennes, Elisabeth ;-)

Cliquez pour afficher l'image suivante

 

Voir les commentaires

Rédigé par bill

Publié dans #Jardin

Repost 0

Publié le 28 Avril 2007

... Un peu flemmarde ce mois-ci pour le SALPIN !

J'ai choisi un modèle ultra rapide : l'Alphabet Tree, un free de Prairie Schooler, que j'ai brodé en une soirée ... bien aidée par le retard de deux heures du vol Air France (par Régional) qui m'a emmenée à Nantes dimanche dernier.

J'en profite pour remercier au passage la Chambre de Commerce et d'Industrie de Toulouse qui offre en salle d'embarquement une lumière idéale pour broder (mais qui pourrait aussi remplir les distributeurs de boissons par temps chaud ! )

Je ne l'ai pas encore finitionné, mais le voilà :

Cliquez pour afficher l'image suivante

 

 

lin 12 fils brodé sur 2 fils avec du fil Atalie Romarin

 

 La photo n'est pas top mais c'est la première faite avec le nouvel APN ,l'ancien ayant rendu l'âme dimanche dernier :-(( , et je ne l'ai pas encore bien en main ... Vous verrez ce SALPIN tout beau après finitionnage ;-))  

Voir les commentaires

Rédigé par bill

Publié dans #broderie

Repost 0

Publié le 27 Avril 2007

Les enfants de choeur
C'est après avoir lu un post élogieux sur ce livre dans le blog de La Natole que je l'ai acheté, le dos de couverture étant lui aussi prometteur ...

Il annonçait une histoire de desperate housewives dans une petite ville américaine de la côte est où revenait s'installer un pédophile ayant purgé sa peine ...

Les premières pages m'ont emballées et la suite a confirmé cet enthousiasme !

Je l'ai très rapidement dévoré pendant mes déplacements nantais et parisiens de cette semaine ... et Marie l'a gardé !  

Aucun rapport avec la série télé, mais des portraits croisés de femmes, de couples, des relations mères et enfants (de tous âges), des questions sur la place de chacun dans le couple et les interrogations ... d'un homme au foyer ! 

J'ai appris depuis qu'un film a été récemment tiré de ce roman : "Little Children" avec Kate Winslet dans le rôle principal. J'essaierai de ne pas le rater lors de son passage sur Canal Plus ...

 

Voir les commentaires

Rédigé par bill

Publié dans #Livres

Repost 0

Publié le 26 Avril 2007

Voilà ce que j'ai reçu dans le cadre de l'échange LHN organisé par Ravenelle :

Cliquez pour afficher l'image suivante

un joli coussinet lilas accompagné d'une échevette Atalie hors collection, d'épingles décorées et de boutons de nacre assortis !

 

Voir les commentaires

Rédigé par bill

Publié dans #broderie

Repost 0

Publié le 25 Avril 2007

Entre les murs

J'ai acheté ce livre à la FNAC de L* parce que je me souvenais de l'enthousiasme avec lequel les journalistes de France Culture et de France Inter avaient parlé de ce livre lors de sa sortie, début 2006.

Il portait également un bandeau rouge "Prix France Culture - Télérama" 2006.

Deux bonnes raisons pour l'acheter et le lire rapidement, n'est ce pas ? 

Je l'ai terminé ... et je ne sais pas ce que j'ai lu !   

D'après la FNAC, c'est un roman ... mais où est l'histoire, une histoire qui aurait un début, un milieu et une fin, une conclusion, un bilan ... ?

On dirait un récit, celui d'une année scolaire, vue par un prof de français d'un collège situé dans arrondissement populaire de l'est parisien.

Mais un récit partisan et surtout anti-prof ! ? !

Ce livre est rempli des clichés habituels sur les profs qui n'ont choisi ce métier que pour les vacances ... Au premier paragraphe, on apprend d'ailleurs que le narrateur ne travaillera que 136 jours cette année là !

Scandé par les rentrées et (surtout) les vacances scolaires, ses descriptions de la salle des profs montrent ces derniers extrèmement préoccupés par trois occupations fondamentales :
- trouver
la monnaie nécessaire pour obtenir du café du distributeur à boissons,
- réparer
la photocopieuse pour réussir à obtenir d'elle les copies attendues,
- attendre les vacances et planifier ses activités hors collège.

Les élèves, on les rencontre en classe, avec leurs difficultés, leurs bavardages, leurs travaux.

Stéréotypés eux-aussi, ils sont décrits par les logos qui ornent leur T-shirts ou sweat -shirt (le plus jeune des profs aussi d'ailleurs).

Gloire est faite aux petits travailleurs d'origine chinoise, et honte à tous les autres colorés !

Très peu de cas est fait des difficultés familiales (sauf quand la mère d'un chinois est en passe de se faire expulser !) qui pourraient expliquer les difficultés scolaires.

Et les élèves difficiles, qui gènent, ... on les expulse après des conseils de discipline baclés !

Ce livre m'a déçue. Et les critiques radio qui l'ont encensé ... aussi !

Je regrette de ne pas y avoir trouvé un vrai témoignage, un récit structuré mettant en scène des vrais profs, pas des caricatures...

Je pensais y retrouver certains profs de collège, comme ceux que j'ai croisés, il y a une dizaine d'années, dans le collège cristolien où j'étais parent d'élèves délégué. 

Tous les jours n'étaient pas roses ...

Il y avait des bagarres, des élèves à problèmes et des élèves intéressés, des profs amorphes et d'autres qui se décarcassaient, des projets différenciés qui réunissaient professeurs de différentes matières et élèves de plusieurs classes et les faisaient tous 'sortir' du collège pour découvrir la "vraie vie" dans le "vrai monde" (comme dans le cadre du projet sur l'eau où ils avaient été visiter une usine d'épuration)

Il y avait des conseils de classe houleux, des conseils de discipline aussi, une direction campée sur ses positions d'un autre temps, mais j'ai rencontré des professeurs qui essayaient d'aider réellement les élèves et qui savaient les intéresser.

Ces professeurs-là étaient ils des perles rares, des extra-terrestres ?

Existent-ils toujours ?

Voir les commentaires

Rédigé par bill

Publié dans #Livres

Repost 0

Publié le 24 Avril 2007


Enfin un bon livre !

Un homme irréprochable

Et pourtant avec cette couverture, je craignais le pire !!!

Et bien non ! "Un homme irréprochable" fut une lecture passionnante !

J'ai passé un très agréable moment grâce une histoire rondement menée, des personnages attachants, un thème classique mais bien renouvelé et un dénouement bien ficelé auquel je ne m'attendais pas !

La collaboration entre un policier et un historien, amis d'enfance perdus de vue se révèle un atout indéniable dans ce roman policier où l'origine des crimes se trouve dans le passé nazi des ancètres des victimes.

Les deux personnages principaux ne sont pas des héros à l'américaine - pas de Jack Bauer ici - mais un prof d'histoire perclus d'arthrite qui n'arrive pas à boucler sa Thèse, et un commissaire de police somme toute très banal !

Je vous recommande ce roman, par l'originalité de son propos et un traitement inédit d'un  thème rebattu.

"Première enquête criminelle de Stachelmann", dit la dernière de couverture, ... je vais en guetter les prochaines traductions !

Voir les commentaires

Rédigé par bill

Publié dans #Livres

Repost 0

Publié le 23 Avril 2007

La Cloche de détresseQuand j'ai lu ce que mon-auteur-préféré-du-moment disait de ce livre (à savoir Arnaud Cathrine, évidemment :) , je n'ai pas pu ne pas le lire :

J'ai pensé à ce titre de Sylvia Plath : La cloche de détresse.
Il est violent comme cette image. Entre les lignes.
Ce qui est pire ; je veux dire : plus frappant.

Extrait de Correspondance Olivier Adam / Arnaud Cathrine, site d'Arnaud Cathrine

L'histoire (source : benzinemag.net) :
Esther Greenwood a dix-neuf ans, elle est très intelligente, réussit tout ce qu'elle entreprend et débarque un mois à New York avec onze autres jeunes filles en tant que rédactrice invitée par un magazine. Cette expérience devient vite un tourbillon de dîners, défilés et autres invitations des plus fantasques et futiles dans lequel Esther va très vite perdre pied. D'elle-même elle va se mettre en retrait de cette effervescence, porter un regard critique et cynique sur la vie alentour et sur elle-même. Lorsqu'elle rentrera finir l'été chez elle, Esther va s'enfoncer dans ce sentiment d'inutilité et d'oppression, indéfinissable et incompréhensible pour sa mère ou les médecins. Enfermée dans des hôpitaux ou des asiles, Esther va tenter de guérir de ce mal inqualifiable qu'est la dépression nerveuse.

J'ai beaucoup aimé ! On assiste doucement à la chute d'Esther et à l'arrivée de sa dépression, vue de l'intérieur. On passe aussi d'une ambiance étouffante à New-York à un vide absolu à son retour chez sa mère.

Pour l'anecdote, il s'agissait de son premier roman, et n'en ayant pas une bonne estime, elle l'a envoyé sous un pseudonyme à une maison d'édition !

J'ai commencé à lire son receuil de nouvelles "Le jour où Mr. Prescott est mort" (mais je suis moins emballée pour l'instant).

Voir les commentaires

Rédigé par marie

Publié dans #Livres

Repost 0

Publié le 23 Avril 2007

Lorsque j'avais vu les photos de cette trousse, le 4 avril sur le blog de Maryse, je m'étais dit que c'était une bonne idée de broder un peu de chaque volet ... pour avoir une idée générale de l'ouvrage en entier, des associations de fils ....  

Mais je n'ai pas pu m'y résoudre... Je brode méthodiquement ... une page après l'autre !

Je pense que la seule chose qui pourrait me contraindre à laisser un morceau en plan ce serait une rupture de stock de fil ...

Et donc voilà ma deuxième partie terminée ! Avec la phrase* dans son intégralité ...

Cliquez pour afficher l'image suivante

 

 

* En version française, la phrase signifie approximativement (tu me corriges si besoin, Isa) :
'La rose est rouge, l'herbe est verte, mes jours sont passés. Cet ouvrage de ma main sera pour mes amis quand je serai morte et enterrée'

Au départ, ce côté un peu morbide m'avait rebutée ... mais je m'y suis habituée et surtout cette phrase me rappelle ma grand mère maternelle.

En effet, chaque fois que je voulais toucher quelque chose de fragile, ou d'interdit (ce qui correspondait à pratiquement tout ce qui m'attirait), elle  ne manquait pas de préciser 'tu auras tout le temps de t'en servir et de le casser quand je serai morte' ...

Voilà l'ensemble de ma broderie, à ce jour :

Cliquez pour afficher l'image suivante 

 

Voir les commentaires

Rédigé par bill

Publié dans #broderie

Repost 0

Publié le 22 Avril 2007

La douceurVoilà le premier livre que je lis de Christophe Honoré ! Ce n'a pas été sans surprise...

Histoire (résumé pris sur le site de l'auteur) :
Steven a onze ans lorsqu'il se laisse entraîner par Jeremy à commettre un crime barbare. Des années plus tard, il raconte. Ou tente de raconter. Son grand frère et la directrice du centre de vacances où le crime a eu lieu tentent eux aussi de comprendre ou d'oublier. Malgré l'horreur ils cherchent à trouver un sens à leur vie. Mais tous se heurtent à la même impossibilité : celle de dire à la fois l'amour et l'abjection. Cet admirable roman est comme une série d'éclairs. Sa clarté aveuglante révèle ce que chacun de nous cherche à oublier.

Ce roman à plusieurs voix est plaisant à lire, car justement, on y trouve plusieurs voix :) Mais... comme je le disais à Anne :

A propos de ce livre, je dirais que j'en ai aimé le style, la façon de raconter.
En fait, j'ai tout aimé sauf la descritpion de la scène de torture
(et malheureusement, plusieurs semaines après avoir lu ce livre, c'est cette impression de malaise qui reste en moi).

Je déconseille aux âmes sensibles !!

Voir les commentaires

Rédigé par marie

Publié dans #Livres

Repost 0